Quelques pistes autour de « Les harmoniques »

519wjq53kCL._SX195_

Pour alimenter cette page, nous sommes preneur de tout travail mené avec des élèves autour de ce livre. Il prendra volontiers sa place ici.

Le résumé : (source babelio)

Une fine brume distille la lumière sur la lagune de Venise. Un homme fait les cent pas devant le débarcadère du vaporetto. Une femme en descend. Un rendez-vous pour deux, mais ce sont quatre destins qui s’entrecroisent…
En plusieurs temps et plusieurs lieux, la trame d’une histoire plurielle se tisse dans ce roman chatoyant. Certains personnages se connaissent, s’aiment parfois. Quelques-uns se manquent de peu. D’autres ne se croiseront jamais. Chacun nous touche dans sa vérité.
Toutes les disparitions ne se valent pas. Cependant, toutes se répondent dans les harmoniques d’un vaste concerto silencieux recouvrant le temps humain comme un édredon de plumes.
Un voyage initiatique de France en Argentine, où, d’amour en amitié, entre quête et nostalgie, le lecteur apprendra que les sentiments, comme les ondes, peuvent résonner entre le fini et l’infini.

Une critique formulée sur le site babelio.fr ( par dominique84)

https://www.babelio.com/livres/Tenenbaum-Les-Harmoniques/901363

Professeur à l’université de Lorraine, Gérald Tenenbaum a su dans ce dernier roman conjuguer avec talent et grande maîtrise d’écriture sa passion pour les mathématiques et la littérature. Ne dit-on pas que les mathématiques sont la poésie des sciences ? Galilée a écrit “ le livre de la nature est écrit dans un langage mathématique”.
L’auteur utilise le principe des harmoniques (que l’on retrouve aussi dans la musique) pour retracer un parcours initiatique de 4 personnes que le hasard fait se rencontrer. Ce sont donc 4 destins qui se croisent, s’entrecroisent, l’amour, l’amitié naissent de ces rencontres, c’est l’harmonie du hasard. Ne pas chercher d’unité de temps ni de lieu dans le récit car l’auteur nous conduit dans le tracé de l’histoire des héros, un destin qui les unit comme les sépare entre la France et l’Argentine. Venise en 2015, Buenos Aires en 1994, Paris en 200.
L’être est donc le jouet du hasard qui n’en est pas, c’est le champ des possibles, le champ des promesses.
“Les philosophes considèrent que le hasard est ontologique, les matheux qu’il est purement logique et les physiciens qu’il est juste tautologique”,
“Le champ des possibles est un univers – le hasard écrit ce que nous pouvons en attraper. Comme un dé qu’on lance, l’univers a 6 faces mais on en attrape chaque fois qu’une”.
Et puis il y a l’émotion, le sentiments qui lient, délient les êtres, les aspirations émotionnelles qui exercent une attraction irrépressible. L’auteur décrit avec une juste sensibilité poétique les sentiments humains, dans toute leur complexité avec pour vecteur unique la quête d’idéal.

 

Rencontre avec l’auteur – Montpellier – 12 novembre 2017

propos retranscrits à partir de la présentation faite par l’auteur lors d’une rencontre organisée par un centre culturel.

C’est un livre sur l’engagement, la prise en charge de l’autre, la liberté et la place des disparus. Sur la couverture, on  voit un homme sur une chaise, en costume de ville, dans la nature. Va-t-il se lever ? Va-t-il agir ?

Les personnages sont entravés dans leur existence. Ils vivent avec les disparus, leurs morts. Il n’en finissent pas de se rencontrer. Cela illustre l’altruisme, l’altérité dans laquelle on s’accomplit soi-même.

Explication du titre : c’est un titre surdéterminé. En musique, en acoustique, il s’agit des multiples échos d’une fréquence fondamentale. En maths, harmonique renvoie à une suite de nombres et aux propriétés des phénomènes accoustiques. Sur une corde vibrante, les harmoniques sont les fréquences liées aux premières fractions de la longueur de la corde et qui forment l’accord parfait majeur.

L’idée principale est que nos vies sont reliées entre elles par des cordes vibrantes invisibles. Et que nous sommes tous reliés. Nos vies vibrent suivant un canevas. On se réalise dans le soin apporté à l’autre, par la prise en compte de l’autre. On se met à vibrer quand on prend en compte une partie de la vie de l’autre.

La résonance est le coeur de mon propos. Elle est horizontale dans les harmoniques.

Question : Est-ce que votre activité mathématique vous aide dans l’acte littéraire et vice-versa ?

La rigueur mathématique m’aide à construire mes romans. La littérature me parait plus facile que les maths. Les maths c’est entrer dans l’ombre et jeter de la lumière, la littérature est peut-être le chemin inverse, celui de jeter un voile sur le réel.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s