Le prix 2018 est…

CVT_Lenfant-qui-mesurait-le-monde_1426.jpg

 

Félicitations à ce beau roman racontant la vie d’un vie d’un enfant autiste, qui compte, qui compte, qui compte… dans un monde grec qui lutte entre beauté et enlaidissement du monde, entre tradition et modernité.

Dans une video en ligne de la librairie Mollat de Bordeaux, Metin Arditi parle de son livre :

l’enfant qui mesurait le monde

 

Les résultats ont été serrés entre deux romans. Le challenger, ADA, a été tout autant que le lauréat, très apprécié du jury. Les règles du jugement majoritaire ont tranché. En voici le détail.

La répartition des avis

Capture d’écran 2018-03-17 à 08.44.34.png

bleu : 5 étoiles / vert : 4 étoiles / jaune : 3 étoiles / orange : 2 étoiles / rose : 1 étoile

La médiane, qui sépare chaque répartition d’avis en deux parties de mêmes effectifs est 4 pour deux romans, ADA et L’enfant qui mesurait le monde, et 3 pour les autres. Cela signifie que plus de la moitié des votants ont attribué une valeur supérieure ou égale à 4 à deux œuvres en lice.

L’analyse

La décision d’attribution du prix se joue entre ces deux. Il faut regarder la répartition des avis supérieurs et des avis inférieurs.

Capture d_écran 2018-03-15 à 06.53.02

La plus grande valeur de ce tableau est 39%, obtenu par ADA, en vote contre. C’est donc L’enfant qui mesurait le monde qui a davantage emporté l’adhésion des votants, et qui remporte le prix 2018.

ADA a  suscité des opinions plus tranchées. Davantage de votants l’ont aimé, davantage l’ont mis de côté. L’enfant qui mesurait le monde a convaincu de manière plus uniforme. Le lauréat 2018 a donc su convaincre la majorité des membres du jury, et ce choix contente 67 % des votants (4 et 5 étoiles), ce qui est remarquable, contre 61% pour ADA.

Nous informons les Editions POINTS de cette attribution du prix 2018, et espérons  vivement que l’auteur pourra être notre président d’honneur 2019.